Syphilis : Mikhaïl Elizarov

18,90

Borzov feuilleta la moitié du volume puis, faisant glisser son index du haut au bas de la page, lut à voix haute : « Daria eut un sourire tortu et pour la première fois depuis le début de leur conversation elle releva des yeux que le feu faisait briller : — J’ai la syphilis. C’est de ces maux qu’on ne guérit pas, qui vous font tomber le nez. »
« Aucun doute, ma petite colombe ! »
Borzov referma avec bruit le livre. Il triomphait.

Syphilis, p. 30