Les Garçons de l’amour : Ghazi Rabihavi

23,90

Comme nous dirait plus tard Amrollah Khan : « Chaque fois que vous entrez tous deux dans cette pièce, on dirait deux perruches (oiseaux de l’amour), à ceci près que vous n’êtes pas des oiseaux, vous êtes des garçons de l’amour.» Ça le faisait rire. Moi, j’aurais préféré l’entendre dire : « Les Garçons du soleil ».

Les Garçons de l’amour, p. 59

Catégories : ,