Camille et Merveille : Ludovic Roubaudi

18,90

« Moi je ne perdais pas mon temps à écouter leurs sornettes. J’avais plus important à faire : fermer les yeux et penser à Merveille.
Sur un papier blanc j’écrivais son prénom. Je l’entourais de fleurs et de cornes d’abondance. Je traçais des rires et des joies pour l’habiller d’un décor heureux. J’enroulais le mien autour de chacune de ses lettres.
Je faisais des listes de désirs avec les mots de toutes mes envies. »

Camille et Merveille ou l’amour n’a pas de cœur, p. 40

Catégories : , , Étiquette :