Bérénice 34-44 : Isabelle Stibbe

18,00

« Elle sera comédienne parce qu’elle l’a voulu. Elle entrera à la Comédie-Française parce que c’est dans ce lieu que son amour du théâtre est né, qu’elle s’est sentie à sa place, plus encore que sur n’importe quelle scène, parce que c’est la Maison de Molière. Et parce que ça impressionnera son père. «Voilà, c’est dit, je n’y avais pas pensé avant mais si cocotte il doit y avoir, que du moins ce soit dans le seul théâtre qui porte le mot « français » dans son appellation. Comédie-Française, ça doit bien vouloir dire quelque chose, même (surtout) pour Maurice Capel né Kapelouchnik. Je dois réussir demain, se répéta-t-elle en boucle. »

Bérénice 34- 44, p.123

Catégories : , , Étiquette :